Catégories de groupes d'entraide

Il existe plusieurs catégories de groupes d’entraide, selon la nature du problème auquel ils s’adressent. Le texte qui suit est tiré en grande partie du document créé par monsieur Jean-Marie Romeder "Les groupes d'entraide au Canada, Édition de Santé nationale et du Bien-être social, 1982"

Ces catégories, dont certaines se chevauchent, sont les suivantes :

1. On trouve tout d’abord un ensemble de groupes pour les toxicomanes ou les personnes souffrant d’habitudes compulsives. Il s’agit là, en particulier, des Alcooliques Anonymes et des groupes parallèles de parents ou d’amis des alcooliques, ou d’adolescents touchés par le comportement d’un alcoolique. Il existe aussi des groupes d’outremangeurs, de joueurs compulsifs, de polytoxicomanes, etc.

2. Un deuxième catégorie comprend les groupes orientés vers des problèmes familiaux. On y trouve les groupes de parents d’un enfant ayant un problème précis : troubles d’apprentissage, diabète, autisme, leucémie, etc. Il y a des groupes de parents soucieux de promouvoir un certain mode de comportement à l’égard de leurs enfants, comme la Ligue de la Lèche (allaitement maternel) et certains groupes de parents de jeunes enfants ou d’adolescents qui se réunissent afin de trouver des modes de communication plus satisfaisants avec leurs enfants. Il existe également des groupes d’entraide pour familles monoparentales ainsi qu’une diversité de groupes destinés aux parents en deuil d’un jeune enfant, aux parents adoptifs, aux parents violents à l’égard de leurs enfants, aux parents de jumeaux, et d’autres encore.

3. Une troisième catégorie comprend les groupes de personnes souffrant ou ayant souffert récemment de difficultés affectives ou psychologiques, tels que des groupes pour personnes vivant ou ayant vécu une dépression, les groupes de personnes souffrant de maladies mentales et des groupes de parents ou amis de personnes ayant une déficience intellectuelle ou de personnes souffrant de maladies mentales.

4. Une quatrième catégorie s’adresse aux personnes souffrant d’un handicap physique ou d’une maladie chronique particulière : amputés, hémophiles, victimes de la sclérose en plaques ou de la maladie de Parkinson, personnes aux prises avec un cancer, des problèmes cardiaques ou autres. De fait, il existe des groupes d’entraide pour presque chaque catégorie de la classification internationale des maladies.

5. Une cinquième catégorie comprend les groupes d’homosexuels et de lesbiennes, qui s’aident à mieux vivre leur situation, et cherchent à se libérer des diverses contraintes psychologiques ou sociales liées à celle-ci.

6. Une sixième catégorie s’adresse aux femmes qui se sont regroupées à cause des nombreuses formes de discrimination dont elles souffrent dans la société actuelle, souvent pour des raisons particulières : lutte contre le viol, apprentissage de l’autodéfense, prise en charge de leur santé, mères d’enfants en bas âge désireuses de sortir de chez elles, etc.

7. Une septième catégorie inclut les groupes orientés principalement vers une action sociale précise : changement des lois, exercice de pressions pour obtenir des fonds de recherche, création de nouveaux services ou amélioration des services existants (groupes de locataires, de travailleurs accidentés, de chômeurs, etc.).

8. Enfin, une dernière catégorie est constituée de groupes de personnes venant de subir une séparation traumatisante : veuves ou veufs, gens divorcés, par exemple.