Les mécanismes de l'entraide

Le partage d’un vécu commun

Dans un groupe d’entraide, on retrouve des personnes qui ont une même maladie ou encore qui vivent une situation difficile semblable. C’est ce qu’on appelle un « vécu commun ».

Le groupe d’entraide permet à ses membres de s’ouvrir les uns aux autres, de parler de leur situation.

Le groupe d’entraide permet de répondre à certaines questions comme :

  • Que faire avec cette situation difficile ?
  • À qui parler de ce problème ou de ce sentiment ?
  • Où trouver quelqu’un qui a eu une expérience semblable et qui a réussi « à s’en sortir » ?
  • Suis-je la seule personne à me poser les questions que je me pose ? Est-ce normal de penser ou de vivre avec ces sentiments ?

Il n’y a pas de jugement, ni de commentaires sur ce que les gens disent à l’intérieur d’un groupe d’entraide. Chacun parle de ses sentiments, de son expérience et de ses idées, et chacun parle au « je ». De plus, ce qui s’y passe demeure strictement confidentiel.

Des émotions partagées

Ce qui nourrit l’entraide, c’est non seulement un vécu commun, mais c’est aussi le fait que les membres du groupe d’entraide ressentent des émotions semblables par rapport à ce vécu commun. Autrement dit, le vécu de l’un « parle » aux membres du groupe qui s’y reconnaissent.

À cause de cela, les membres d’un groupe d’entraide sont en mesure de se comprendre les uns les autres. C’est pourquoi la personne qui partage ses émotions, tout comme celles qui l’écoutent, se sent moins seule, moins isolée ; elle se sent reçue et comprise. Bien souvent, elle se dit : « Enfin ! ».

Un sentiment d’égalité

Dans un groupe d’entraide, tout le monde est sur un seul et même pied d’égalité. Cela signifie que les membres d’un groupe d’entraide s’acceptent et se comportent comme des égaux, que personne n’y est en position d’autorité par rapport aux autres et que nul ne peut prendre des décisions pour le groupe.

Le groupe appartient à ses membres et il n’y a qu’un seul pouvoir :
celui qu’exerce chacun sur sa propre participation aux échanges du groupe.

Un respect mutuel

Dans un groupe d’entraide, les gens se considèrent tous de compétence égale. Il n’y a pas de professionnel et personne ne tente de prouver aux autres qu’il a raison, qu’ils devraient faire comme lui.

Plutôt, parce que tous sont égaux dans l’entraide, les membres du groupe tentent de mettre de côté leurs désaccords. Ce qui compte, c’est l’aide que l’on peut apporter. Évidemment, cela n’est pas toujours facile, « car nous sommes tous humains, avec nos faiblesses et nos défauts »

Ainsi, l’entraide permet de s’ouvrir à l’autre et de se sentir respecté. Chacun sait qu’il est unique, qu’il a le droit d’être différent tout en étant semblable à l’autre.

La création de liens amicaux

Dans un groupe d’entraide, il se crée des liens entre les membres. De façon générale, les rapports entre les gens sont positifs et enrichissants. Certains membres choisissent de se rencontrer non seulement dans les groupes mais aussi à l’extérieur des réunions régulières. Aussi, certains groupes décident d’organiser des soirées sociales de temps à autre.

De l’autonomie dans l’action

Les membres d’un groupe d’entraide parlent non seulement de leurs difficultés, mais aussi de la façon d’améliorer leur qualité de vie. Le support qu’ils apportent les uns les autres aide à surmonter des situations personnelles difficiles ou à prendre des décisions. Le support qu’ils s’apportent les aide aussi à mieux comprendre leurs sentiments et à trouver ainsi le moyen de traiter ces sentiments de façon constructive.

De la souplesse dans l’entraide

Les membres d’un groupe d’entraide s’aident les uns les autres selon les besoins et les capacités de chacun.

Même si les horaires des rencontres sont fixés à l’avance, l’aide que se donnent les membres en dehors du groupe peut être disponible en tout temps. Cela peut être précieux, surtout durant les moments de crise.

Une action libre et gratuite

Faire partie d’un groupe d’entraide est une décision que l’on prend en toute liberté. Personne n’est obligé de faire partie d’un groupe d’entraide, de se rendre à chacune des rencontres du groupe ou encore de fournir l’aide que lui demande un autre membre de son groupe.

L’entraide, c’est une aide bénévole. Cela signifie que personne ne reçoit d’argent ou de compensation pour un service rendu. Cela serait tout à fait contraire à l’entraide. Le membre qui en aide un autre sait qu’il sera aidé à son tour, que ce soit par cette personne ou par un autre membre du groupe.

L’entraide, c’est être autonome et responsable ; c’est s’aider soi-même tout en aidant les autres.