Découvrir comment améliorer l'estime de soi

Définition :

 

L'estime de soi est une attitude intérieure qui consiste à se dire qu'on a de la valeur, qu'on est unique et important. C'est se connaître et s'aimer tel qu'on est avec ses qualités et ses limites. C'est s'apprécier et s'accepter tel qu'on est.

 

VERS UNE PLUS HAUTE ESTIME DE SOI

 

Je veux me connaître et faire attention à moi. Je veux me sentir pleine d'énergie et libre. C'est ainsi que se résume l'essence d'une haute estime de soi.

 

Une haute estime de soi signifie également de pouvoir :

  • Faire des choix qui ont une influence positive sur ma façon de vivre. Je ne suis pas un être impuissant qui se laisse dériver passivement à la merci des vents du hasard et des courants du destin. Je peux faire des choix et déterminer activement ma propre existence;
  • Profiter de mon propre corps. Je suis un être multidimensionnel - intellectuel, spirituel et physique - et je peux trouver du plaisir avec mon corps aussi bien que mon esprit et mon âme;
  • Reconnaître et accepter ce que je ressens envers moi-même, ce qui affecte mes relations avec les autres. Lorsque j'éprouve des sentiments positifs envers moi-même, je suis capable de construire et d'entretenir, avec les autres, des relations positives et stimulantes, et je peux communiquer avec eux d'une façon significative et satisfaisante.

Finalement, je sais qu'en augmentant mon estime de moi je ressentirai plus de sentiments d'intégrité, d'honnêteté, de compassion, d'énergie et d'amour. Et je suis capable d'éprouver vraiment du plaisir dans ma vie.

Tous les types de croissance reposent sur un climat favorable, des soins et un environnement propice. Tout comme des conditions difficiles peuvent ralentir la croissance d'un magnifique séquoia, le climat de nos vies - les soins et les relations - peuvent ralentir la croissance de notre estime personnelle.

Il n'en tient qu'à vous de vous entourer de gens qui vous appuieront dans votre démarche.

MOI

 

Je suis le seul "moi" que j'ai. Je suis unique.
Mon moi comporte deux parties principales: le "moi" intérieur et le "moi" extérieur.

 

Le "moi" extérieur est ce que vous voyez. Ma façon d'agir, l'image que je projette, l'apparence que j'ai et les choses que je fais. Le moi extérieur est très important. C'est mon messager vers le monde, et une grande part de mon moi extérieur est en communication avec vous. J'accorde de la valeur à ce que j'ai accompli, à mon image extérieure, et à ce que je partage avec vous.

Le "moi" intérieur connaît tous mes sentiments, mes idées secrètes, et mes nombreux rêves et espoirs. Parfois je vous laisse entrevoir une petite partie de mon "moi" intérieur et parfois, une partie très secrète de moi-même. Malgré le grand nombre de personnes dans ce monde, nulle n'est exactement comme "moi". Je suis entièrement responsable de "moi" et plus j'apprends de choses à mon sujet, plus je prendrai de responsabilités. Vous comprenez, mon "moi" est ma responsabilité. Plus j'apprends à me connaître, plus je me rends compte que je suis quelqu'un de bien. J'ai fait de bonnes choses dans ma vie parce que je suis une bonne personne. J'ai accompli des choses valables dans ma vie parce que je suis une personne compétente. Je connais des personnes spéciales, parce que je vaux la peine d'être connue. Je suis fière de tout ce que j'ai accompli pour moi.
J'ai aussi fait quelques erreurs. Je peux en tirer des leçons. J'ai également connu des personnes qui ne m'estimaient pas. Je n'ai pas besoin d'elles dans ma vie. J'ai perdu un temps précieux. Je peux faire de nouveaux choix maintenant. Tant que je peux voir, entendre, sentir, penser, changer, grandir et agir, j'ai de nombreuses possibilités. Je vais risquer de mettre en pratique ces possibilités et je vais aimer, être et me réjouir.

 

SOYEZ À L'ÉCOUTE DE VOS ÉMOTIONS

Nous voulons tous être heureux. Or, nous croyons souvent que pour connaître le bonheur, il nous suffit d'avoir de bons diplômes, un travail bien payé, un compte en banque bien garni, ou des kilos en moins... Cette "quête du bonheur" a été publicisée dans notre société et nous n'imaginons même pas la remettre en question.

Mais que faire si une fois notre objectif atteint, nos promesses de bonheur ne sont pas au rendez-vous? Et si après avoir filé le parfait amour pendant plusieurs jours, nous éprouvons soudain un grand vide intérieur, alors que nous devrions rayonner de bonheur? Et si nous nous étions trompés de but? Nous passons notre temps à courir d'un but à l'autre: une promotion professionnelle, un nouveau compagnon, un régime. Nous essayons de voir ce qui rend les autres heureux et nous tentons de les imiter. Les modes de vie et les idéaux suggérés par la télévision, la publicité et le marketing nous donnent une image de bonheur artificiel et cet artifice nous fait passer au-travers de maintes émotions.

Il existe quantité d'émotions. Certaines sont positives (bonheur, amour, enthousiasme), d'autres sont négatives (culpabilité, peur, honte) et d'autres encore sont neutres (ennui, ambivalence, torpeur). Les émotions viennent et repartent, à moins que vous ne leur résistiez.

Nous sommes nombreux à croire que nous devons contrôler nos émotions. Nous ne leur faisons pas confiance: elles nous prennent par surprise, nous perturbent, et nous avons peur d'elles. Nous leur mettons aussi des étiquettes: il y aurait ainsi de "bonnes" émotions et de "mauvaises" émotions. Très peu d'entre nous savent qu'il est légitime d'avoir des émotions et qu'elles constituent un aspect important de notre vie. Nous n'avons pas l'habitude de les ressentir ou de les identifier. De plus, nous ne savons pas comment les exprimer de façon positive. Pour toutes ces raisons, nous avons souvent refoulé nos émotions et continuons encore à les refouler. Nous préférons les garder bien cachées, de peur de perdre le contrôle. Le fait de réprimer nos émotions nous prend beaucoup d'énergie. La fatigue, la maladie et la dépression en sont d'ailleurs les signes manifestes.

La honte est le contraire de l'estime de soi. Avoir honte de soi-même, au-delà de la simple pensée négative que cela représente, c'est aussi une façon de croire qu'il y a quelque chose de mauvais en vous. Peu importe d'où nous vient cette idée, le fait est qu'elle influence tout le reste de notre vie. Nous pensons n'avoir aucune valeur et ne mériter que la honte. Puis, nous nous efforçons de nous cacher cette croyance, et d'endormir notre souffrance.

Quand nous savons nous relier à nos qualités profondes, nous sommes prêts à accueillir toute la gamme des émotions. Nous pouvons alors éprouver de la colère, de la tristesse, de l'ennui, de la confusion et de la jalousie, car nous savons que ces émotions ne changent rien à ce que nous sommes réellement. Notre valeur ne dépend pas non plus d'émotions positives, comme le bonheur ou l'amour. Elle est, tout simplement.

Ce qu'il faut savoir sur les émotions

Les émotions existent.

Les émotions sont ce qu'elles sont.

Les émotions sont légitimes.

Les émotions ont des choses à nous dire.

Les émotions ont un certain pouvoir.

Une émotion peut en cacher une autre.

Les émotions passent... si vous n'essayez pas de leur résister.

Vos émotions ne sont pas le reflet de votre valeur.

La cause des émotions

Nous avons tendance à croire que la cause de nos émotions est l'événement ou la situation qui s'est produit avant l'apparition de nos émotions. Si cela était le cas, chaque personne ressentirait exactement la même chose dans une situation "X". Et nous savons bien que ce n'est pas le cas.

Un événement sert d'occasion à la naissance d'une idée, conception ou interprétation qui, elle, cause l'émotion. C'est effectivement nos idées, nos conceptions ou nos interprétations qui sont les causes de nos émotions.

La zone de pouvoir

Nous avons un certain pouvoir sur nos pensées, nos idées, nos conceptions et nos interprétations. Si nous avons une pensée négative face à une situation "X", nous allons ressentir une émotion négative. Prenons un exemple: si vous êtes pris dans une longue file d'attente à la caisse et que vous vous dites dans votre tête "C'est dont bien long, ils prennent leur temps. Ils ne pensent pas à nous autres qui attendent. Ils sont niaiseux de ne pas faire travailler plus de monde!". L'émotion qui suivra ce petit discours sera sûrement de la colère envers les personnes qui travaillent à la caisse. Si vous avez des pensées plus positives, l'émotion sera différente. Si vous vous dites: "Il y a beaucoup de monde aujourd'hui à la caisse, les personnes qui travaillent doivent trouver ça fatigant". L'émotion qui suivra ce petit discours sera sûrement de la sympathie pour les personnes qui travaillent à la caisse.

L'événement c'est de devoir attendre en file, nous n'avons aucun pouvoir sur celui-ci. Par contre, nous sommes responsables du sens qu'on donne à l'événement. Nous sommes les seuls à avoir du pouvoir sur nos pensées.
Nous avons le droit de ressentir des émotions désagréables, vivez-les. Toutefois, il est important de ne pas les encourager. Lorsque vous êtes malheureux ou en colère, essayez de vous changer les idées en faisant des activités ou simplement en vous répétant des discours plus positifs dans votre tête. Par exemple, "Cela m'arrive mais je ne peux pas changer le passé", "Qu'est-ce que je peux faire pour améliorer les choses", "Même si je reste en colère, ça ne changera rien à l'événement", etc...

CAP Santé Outaouais, autorise la reproduction de ce texte.
Nous vous demandons, par contre, d’identifier la source ainsi :
Source : « Reproduit avec l'autorisation de CAP Santé Outaouais, www.capsante-outaouais.org ».


LECTURES SUGGÉRÉES

Wegscheida-Cruse, S. (1994). Apprendre à s'aimer pour libérer l'enfant intérieur. Laval: Modus Vivendi.

Potter-Efron, R.T. (1993). Apprivoiser sa honte: Pour retrouver un sentiment juste de soi-même. Montréal: Sciences et Culture.

Monbourquette, J. (1996). Je suis aimable, je suis capable: Parcours pour l'estime et l'affirmation de soi. Outremont: Novalis.

Baumeister, R.F. (1994). S'aimer sans se fuir: Comprendre notre insoutenable besoin d'évasion. Montréal: Éditions du Jour.