La gestion du stress

Définition :

Le stress c'est une « Réponse de l'organisme aux facteurs d'agression physiologiques et psychologiques ainsi qu'aux émotions agréables et désagréables qui nécessitent une adaptation. » (Dict. Petit Robert).

 

Deux types de stress

1. Stress positif : À un niveau minimal, le stress peut être une source de vitalité. Il fait partie des réalités de la vie. Ex: Un imprévu auquel on ne s'attend pas.

2. Stress continu : Ce type de stress nous laisse dans un état de panique (chronique ou perpétuel) : continu. Il devient alors source d'épuisement et ses manifestations sont nombreuses et varient d'un individu à l'autre.

 

Les stresseurs

« Un stresseur est l'événement qui déclenche la réaction de stress, il apparaît dans notre environnement » (André, Legeron & Lelord, 1995). Les stresseurs sont très nombreux car tous les événements de notre vie nécessitent que nous nous adaptions à eux. Par conséquent, tous les événements peuvent être perçus comme des stresseurs.

Les stresseurs peuvent être classés en différentes catégories. Nous y retrouvons les événements de vie et les stresseurs quotidiens. Les petits tracas quotidien sont aussi une source de stress. L'accumulation de contraintes, d'insatisfactions et de frustrations quotidiennes devient une source de stress considérable dû à la répétitivité de ces petits stresseurs. Nous pouvons comparer ces petits tracas à l'image de la goutte d'eau qui tombe toujours au même endroit sur une pierre et qui finit par la percer.

 

Causes de stress et éléments du quotidien

Qu'est-ce qui vous stresse?

Causes: état de santé, situation financière, solitude, déracinement, pertes multiples, perte d'emploi, etc.

Éléments: les problèmes des enfants, entretien de la maison, emplettes, l'apparence physique, le bruit, le problème de transport, trop à faire et rien à faire, dépendance envers une autre personne, etc.

 

Manifestations du stress

Dépendamment de la personne, il peut y avoir des manifestations à plusieurs plans.

Comment réagissez-vous lorsque vous êtes stressé?

Sur le plan physique: difficultés avec le sommeil, maux de dos-épaules et de cou, perte d'appétit, tremblements, maux de tête, problèmes de digestion, de coeur, hypertension, arthrite, perte ou gain de poids.

Sur le plan émotif: impatience, hyperactivité, agressivité ou passivité, sentiments de dépression, inquiétudes, désespoir, culpabilité, négation.

Sur le plan psychologique: distraction, difficulté de concentration, perte de mémoire, difficultés au repos, au travail.

 

Les mécanismes individuels du stress

Soumis à un stresseur, une personne va tenter de s'y adapter. Cette personne va présenter des signes de réaction au stress. C'est sa réaction de stress qui l'aide à réagir au stresseur. Et à un même stresseur, les personnes réagissent différemment. À stresseur égal, les réactions de stress sont inégales. La perception et les stratégies adoptées face au stress jouent un rôle très important car elles modifient l'impact du stress.
Comment faire face au stress?

Deux options s'offrent à nous lorsque nous voulons gérer le stress. Il est possible de diminuer les stresseurs ou de contrôler sa réaction de stress. Par exemple, si vous êtes dans une pièce surchauffée et que cela vous agace, vous pouvez ouvrir une fenêtre (action sur le stresseur) mais si vous n'avez aucun contrôle sur la température de la pièce, vous allez devoir vous dire que ce n'est pas si grave afin d'éviter de vous énerver (action sur la réaction de stress). Dans plusieurs situations, le contrôle de nos réactions de stress s'avère très utile et indispensable.

 

Contrôler sa réaction de stress

Lorsqu'une personne est stressée, elle réagit par trois dimensions: physiologique et émotionnelle (ce qu'elle ressent), comportementale (ce qu'elle va faire) et psychologique (ce qu'elle va penser et se dire). Ces trois dimensions sont en interaction constante lorsqu'une personne réagit au stress.

  • « Plus la réaction émotionnelle et physiologique sera forte, plus elle va induire des comportements en réaction au stresseur » (André, Legeron & Lelord, 1995). Prenez l'exemple d'une mère qui voit son jeune enfant traverser la route sans regarder et qui l'accueille par une claque à la figure tellement elle a eu peur qu'il se fasse écraser.
  • « Plus les pensées stressantes seront fortes, plus elles alimenteront les réactions émotionnelles et physiologiques » (André, Legeron & Lelord, 1995). Par exemple, si je me dis que c'est scandaleux que je ne puisse pas ouvrir la fenêtre de mon bureau à cause des règlements stupides que prennent mes patrons, cela va augmenter mon énervement et ma tension.

Émotions et manifestations physiologiques
Pensées <----------------------------------->Comportements

 

Démarche de résolution de problèmes

Étape Phase Questions
I Reconnaissance de son état de stress Je me sens tendu-e. Qu'est-ce qui se passe?
II Identification du problème
Sélectionner des buts réalistes
Qu'est-ce qui me stresse? Qu'est-ce que je veux?
III Élaboration d'alternatives Qu'est-ce que je peux faire?
IV Considération des conséquences Qu'est-ce qui peut m'arriver? Quels sont les avantages et les inconvénients de chacune?
V Prise de décision
Action Évaluation
Quel est mon choix? Maintenant, vas-y! Est-ce que ça été efficace?

 

L'attitude psychologique

La perception, l'attitude psychologique de l'individu a une influence directe sur sa capacité d'adaptation face au stress. Nos PETITS DISCOURS INTÉRIEURS, notre perception de nous-mêmes et de la vie influencent l'équilibre de notre stress.

L'attitude négative, les idées négatives et les inquiétudes prennent de notre énergie et augmentent notre niveau de stress. Elles finissent souvent par prendre toute la place dans nos esprits.

Exemples: Se critiquer, se comparer, ne pas être satisfait de nous, se sous-estimer, avoir toujours peur...

Il devient donc important pour tout individu, de développer une attitude psychologique qui permet de mieux vivre le stress, d'être bien dans son corps, dans sa tête. Cela signifie donc, apprendre à chasser les idées négatives, les inquiétudes. PENSER POSITIVEMENT, CONNAÎTRE SES LIMITES, LES ACCEPTER ET AVOIR CONFIANCE EN SOI sont des outils (moyens) importants, afin de mieux gérer son stress, d'en diminuer l'intensité s'il devient trop élevé.

Personne ne peut combattre notre stress à notre place. Il est important d'apprendre à le gérer, à en être responsable. Entreprendre des changements pour réussir à réagir positivement (ou de manière plus adéquate) au stress de la vie. Il est important de développer une manière d'être, de penser, susceptible de favoriser le mieux-être.

CAP Santé Outaouais, autorise la reproduction de ce texte.
Nous vous demandons, par contre, d’identifier la source ainsi :
Source : « Reproduit avec l'autorisation de CAP Santé Outaouais, www.capsante-outaouais.org ».


RÉFÉRENCES

André, C., Legeron, P., & Lelord, F. (1995). La gestion du stress. Paris: Éditions Morisset

Béliveau, R., & Lafleur, J. (1994). Les quatre clés de l'équilibre personnel. Montréal: Les Éditions Logiques.

Bensabat, S. (1997). Vive le stress! Paris: Éditions Robert Laffont.

Bernier, D. (1988). La réduction du stress, un modèle, une évaluation. Montréal: Université de Montréal.

Fortin, B., & Néron, S. (1991). Vivre avec un malade...sans le devenir! Montréal: Éditions du Méridien.

Fossum, L. (1994). Maîtrisez votre anxiété. Paris: Les presses du management.

Arcand, M. & Brissette, L. (1998). Échec au burn out: Guide à l'intention des intervenants sociaux. Montréal: Chenelière/McGraw-Hill.

Fontana, D. (1990). Gérer le stress. Liège-Bruxelles: Pierre Mardaga éditeur.

Glady, G. (1993). Gérer son stress ça s'apprend. Colmar: SAEP.

Hanson, P. G. (1987). Les plaisirs du stress. Montréal: Les Éditions de l'Homme.

Lafleur, J. (1998). Relaxer: Des stratégies pour apprivoiser notre stress. Montréal: Les Éditions Logiques.