Témoignage d'Odette

" La vie m'interpelle de bien des façons : je suis femme, parent, fille, sœur, amie, professionnelle, collègue. Aujourd'hui, quand je recense tout ce que la vie demande de moi, je ne m'étonne plus de constater qu'il m'est impossible d'y arriver seule. Et pourtant, pendant longtemps, c'est ce que j'ai tenté, au risque d'y laisser ma santé, mon bien-être et ma carrière.

Par peur, par pudeur, je me suis laissée croire que j'y arriverais par mes moyens - vous connaissez les super-femmes? Ce n'est que lorsque la santé et la réussite de notre fils a été à risque que j'ai reconnu où le menait ma pensée magique, lui…et toute notre famille.

Vers qui me tourner? Comment demander? Que faire? Voilà autant de questions que je me suis mise à poser, ENFIN, auprès de mon entourage. De bouche à oreille, mon conjoint et moi avons trouvé un filon parmi les services communautaires, là tout près, mais que nous n'avions jamais remarqués.

Tout de suite, nous y avons trouvé la compassion, la compréhension, le soutien, l'information et l'orientation dont nous avions tous besoin. C'est auprès de ces professionnels et entraidants pour la vie que nous nous sommes ressourcés de l'intérieur, et que nous avons puisé le courage de relever les défis qui nous attendaient. Nous avons trouvé la solidarité, l'accompagnement et nous avons vu la misère des autres aussi, et la dignité humaine qui vient à bout de tout. Je n'ose m'imaginer ce qui nous serait arrivé si nous n'avions pas eu le privilège de connaître et de travailler avec de tels professionnels.

Ce matin, je dis merci à ces professionnels, merci pour moi, pour notre famille. Ce n'est pas facile de parler de santé mentale - et j'y ai pensé longuement avant de venir vous parler un peu de mon histoire. Il s'y rattache encore beaucoup de tabous, de peur, d'ignorance. On est capable de parler du cancer, du diabète, de la sclérose en plaque - et regardez les progrès réalisés du côté recherches, traitements, prévention, adaptation.

Donnons-nous une chance égale à la santé mentale?...Nous voici sur le point de lancer une pleine semaine visant la sensibilisation sur le sujet… Ce n'est pas par hasard que je suis mise au service de CAP Santé Outaouais - un organisme à but non lucratif, dont le mandat est de faire la promotion des services communautaires voués à la santé mentale. On ne peut pas trop en faire pour que la population de l'Outaouais soit informée des services en santé mentale à sa portée. Et pour appuyer les groupes d'entraide dans leur travail de soutien auprès des nombreux bénéficiaires…

Une ombre apparaît au tableau de CAP Santé Outaouais : sa gouvernance se redéfinit dans les bureaux de nos bureaucrates, loin de la réalité du terrain, dans le contexte du dossier chaud sur la santé. Quel avenir nos décideurs politiques réservent-ils aux services communautaires en santé mentale? Seront-ils enfouis dans des réseaux de services intégrés en santé mentale, sous le chapeau des Centres locaux de services communautaires? Permettrons-nous à nos décideurs politiques de porter atteinte aux qualités de disponibilité et d'accessibilité que l'on reconnaît aux services communautaires? Et rendus possibles en grande partie par un modèle de gouvernance qui leur permet de se représenter directement auprès des bailleurs de fonds?

Que serait-il arrivé à ma famille si, dans notre désarroi et notre vulnérabilité, nous nous étions retrouvés à parler à une boîte vocale après quatre heures? Et si nous n'avions pas pu entrer en contact rapidement, directement, simplement, avec les services communautaires dont nous avions besoin?

Vivement la semaine de promotion de la santé mentale! "

Odette