Témoignage d'Isabelle, du groupe Les BIPOS

« Le 27 septembre, cela va faire 15 ans que je vis avec le trouble bipolaire. J’ai été diagnostiquée au début de la deuxième année de mes études en droit alors que j’étudiais à l’Université de Sherbrooke. L’hôpital de Sherbrooke ayant une Clinique de l’humeur, j’ai bénéficié d’un très bon suivi jusqu’à ce que je termine mon baccalauréat. Lors de la formation du Barreau l’année suivante, j’ai été hospitalisée pendant 2 semaines pour dépression. Je sais ce qu’est la souffrance.  Mais j’ai été bien soignée et j’ai été en mesure de terminer mes études. »
 
Isabelle est avocate à Gatineau et pratique en droit commercial. Une fois ses études terminées, elle revient en 2001 en Outaouais, travaille comme avocate puis en 2006, elle ouvre son propre cabinet. 
 
« Ma maladie a fait de moi une meilleure personne. Je suis plus ouverte, j’ai plus d’humanité, plus de sensibilité aux autres et cela m’aide dans mon travail. Vous savez quand mes clients entreprennent des procédures judiciaires, ils vivent beaucoup de stress, c’est difficile pour eux moralement. Ils ont besoin d’être conseillés, soutenus. D’avoir connu la souffrance, la dépression fait que je suis plus à l’écoute, en mesure de les comprendre et donc de leur apporter un soutien à cet égard. »
 
 En réponse à la question de qu’est-ce qui a vous a aidée à retrouver un équilibre mental, Isabelle identifie plusieurs facteurs :
Une bonne médication
Une bonne hygiène de vie, du sommeil, de la modération 
Un entourage soutenant
Une attitude positive devant la vie
La persévérance
La capacité de faire la part des choses, de discerner ce qui est important de ce qui ne l’est pas
L’accomplissement personnel
 
Parlant d’accomplissement, Isabelle a participé il y a quelque temps au concours du réseau des femmes d’affaires et professionnelles de l’Outaouais (REFAP).  Pour soumettre sa candidature, elle devait présenter un dossier écrit, participer à une entrevue et préparer une communication orale devant les membres. Pour sa communication, elle avait préparé deux projets de communication : celui  où elle relate son cheminement professionnel, ses réalisations  et une autre communication où en plus de son cheminement professionnel elle se raconte personnellement, sa maladie, la souffrance, les épreuves. Jusqu’à la dernière minute, elle a hésité dans son choix et ce n’est qu’après avoir consulté son associée qu’elle a  décidé de se révéler et de parler de sa maladie, de ses études, de sa persévérance et comment la maladie a fait d’elle une meilleure personne. Sa communication a été chaudement applaudie.
 
Isabelle retient de ceci que l’authenticité, l’acceptation et l’accomplissement sont des éléments importants dans son cheminement. Pour Isabelle, l’accomplissement est beaucoup lié à la confiance en soi et au soutien des proches. « Je vois parfois chez les personnes qui vivent avec le trouble bipolaire un découragement, une morosité et même de la honte d’être atteint de ce trouble. C’est ce que je voudrais changer. C’est l’aide et l’espoir que je pense pouvoir apporter aux gens du groupe les BIPOS. » 
 
Isabelle conclut en disant « D’être atteinte de ce trouble m’a ouvert au monde. Je ne vois plus la vie de la même façon. C’est une expérience qui m’a transformée. » 
 
Propos recueillis par Monique Pellerin, septembre 2013